Appel à la manif régionale unitaire du 18 mars

mars 15, 2014

Contre le « Pacte de responsabilité » – Pour la défense et la reconquête de la Sécurité Sociale – Pour l’augmentation des salaires, des retraites, de l’emploi.

En annonçant le « pacte de responsabilité », François Hollande confirme le choix de l’austérité pour tous les salariés. Salaires, emploi, protection sociale et services publics sont menacés par des choix faits au profit du patronat, alors même que les besoins sociaux augmentent. Pour contrer ces menaces, les organisations syndicales CGT, FO, FSU et Solidaires ont décidé de faire du mardi 18 mars, une journée de mobilisation interprofessionnelle massive.

A lire ci-joint le tract de l’UD-CGT du Val de Marne qui donne un très bon résumé de la situation et des mesures rétrogrades qui doivent nous amener à nous mobiliser et lutter dans l’unité.

Logo pdf2TRACT_UD_18_MARS_2014

 

Manifestation régionale unitaire, mardi 18 mars 2014, Place du 18 juin – Montparnasse – Rendez-vous à 13h15


Désolé, on s’est gouré !

mars 12, 2014

De Yannick Chenevoy d’Attac :

Un nouveau pavé contre les politiques d’austérité viens d’être publié par 3 chercheurs du FMI. Il s’agit d’une importante étude qui analyse plus d’un siècle de données provenant de 34 pays, leur conclusion est sans appel : il n’y a pas d’impact entre le taux d’endettement d’un pays et ses perspectives de croissance à moyen terme.

Cette affaire fait suite aux travaux de 3 chercheurs de l’université d’Amherst du Massachussetts qui en 2013 avaient démontré que les plans d’ajustements structurels préconisés pour la plupart des pays européens, mais surtout du sud de l’Europe étaient fondés sur des calculs faux à cause de grossières erreurs dans les formules Excel utilisées .

Hélas, tout le monde ne reconnaît pas ses erreurs et les politiques consistant à réduire le droit du travail, les protections sociales, les services publics, les politiques fiscales continuent un peu partout. Ce sont pourtant les instruments que s’est donné notre civilisation pour répartir un peu mieux les richesses entre ceux qui ont tout et ceux qui n’ont rien.

En France par exemple, selon « Alternatives économiques » (hors série n°74 – 2007), les 10% les plus riches gagnent en moyenne 7 fois plus que les 10% les plus pauvres. Passé à la moulinette des mécanismes de protection sociale (assurance maladie, retraite, chômage, allocations familiales), des services publics et d’impôt progressif sur le revenu, ce rapport passe de 1 à 3. Les dépenses d’éducation et de santé prises en charge par l’État ou la protection sociale augmentent le budget des ménages de plus de 20% en moyenne.

La voilà donc la vraie raison des politiques d’austérité : casser ces mécanismes de redistribution de la richesse. Des mécanismes insupportables pour ceux qui ont tout et ceux qui les représentent dans les institutions politiques.


Le nouveau capitalisme criminel… « too big to jail »

mars 12, 2014
Gayraud-db18e Cet essai de Jean-François Gayraud vient de paraître aux éditions Odile Jacob.
Commissaire divisionnaire, Jean-François Gayraud est l’auteur notamment de Showbiz, people et corruption (Odile Jacob, 2009) et de La Grande Fraude. Crimes, subprimes et crises financières (Odile Jacob, 2011).
 » Financiarisé, mondialisé et dérégulé à l’excès, le capitalisme n’est-il pas devenu criminogène, tant il offre désormais d’opportunités et d’incitations aux déviances frauduleuses ? C’est ce qu’indique la dimension criminelle qu’ont prise certaines crises financières, au Japon, en Albanie, en Espagne ou encore au Mexique et en Colombie. C’est ce qu’implique l’extension du trading de haute fréquence, qui permet de négocier à la nanoseconde des milliers d’ordres de Bourse. Et c’est enfin ce qu’induit le blanchiment d’argent sale à travers les narcobanques. Éclairant toujours plus profondément la géoéconomie et la géopolitique du crime organisé, Jean-François Gayraud montre ici que, sur les marchés financiers, le crime est parfois si systématique qu’il en devient systémique dans ses effets. De curieuses coopérations et hybridations se nouent ainsi entre criminels en col blanc, gangsters traditionnels et hommes politiques corrompus.
Il s’interroge aussi sur le devenir de la finance : portée par sa seule volonté de puissance, par delà le bien et le mal, n’est-elle pas en train de s’affranchir de la souveraineté des États ? Dès lors, face à des puissances financières aux arcanes si sombres, quelle liberté reste-t-il ? « 

Appel à une mobilisation massive le 18 mars 2014

mars 11, 2014

SigleFSU  SigleCGTSigleFOSigleSolidaires

Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires se sont rencontrées le 21 février 2014. 

Le tract en PDF :Logo pdf2

Face à la situation sociale vécue par les salariés du privé et du public, les privés d’emploi et les retraités de notre pays, elles décident de faire du 18 mars une journée interprofessionnelle de mobilisation massive. Elles les appellent à prendre toute leur place dans cette journée d’action tant sur leur lieu de travail que dans les territoires. Elles invitent à rechercher l’unité d’action la plus large pour exiger des mesures urgentes en faveur des salaires, de l’emploi, de la protection sociale et du service public.

  • La stagnation du SMIC et le gel du point d’indice des fonctionnaires sont intolérables et handicapent gravement la relance économique. L’augmentation des salaires dans le public comme dans le privé est donc une priorité.
  • Les entreprises reçoivent plus de 172 milliards d’aides publiques sous la forme d’allègements ou d’exonérations fiscales et sociales, sans aucune conditionnalité ni évaluation de l’efficacité de ces aides en matière d’emploi et d’investissements, et sans contrôle. L’ensemble de ces aides doit être remis à plat et évalué économiquement et socialement.
  • La relance de l’emploi passe par un plan socialement utile, d’investissements industriels, de sécurisation de l’emploi pour les salariés, de création d’emplois de qualité, de relance du pouvoir d’achat et de développement des services publics.
  • Nos organisations considèrent que les annonces liées au «Pacte de responsabilité», et en particulier les 50 milliards d’euros d’économies programmées, répondent d’une logique inacceptable d’austérité et attaquent inévitablement le financement des services publics, de la protection sociale et de la solidarité nationale alors que les besoins sociaux augmentent.
  • Nos organisations réaffirment que la protection sociale est un droit universel. Celle-ci est partie intégrante du salaire socialisé. Supprimer la cotisation des entreprises à la branche famille conduit de fait à le diminuer. Elles s’opposent au transfert du financement de la branche famille des entreprises vers la fiscalité des ménages (y compris par la fiscalité locale). Elles réaffirment leur attachement aux droits familiaux financés par la branche famille de la sécurité sociale. C’est un des éléments qui concourt à l’égalité entre les femmes et les hommes en favorisant l’accès au travail des femmes.
  • Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires appellent l’ensemble des salariés, chômeurs et retraités à se mobiliser et à participer massivement aux actions interprofessionnelles de manifestations, rassemblements et grèves du 18 mars.

Paris, le 21 février 2014


Grand Marché Transatlantique : mobilisation citoyenne !

mars 10, 2014

STOP TAFTA

Du 10 au 14 mars, se tient à Bruxelles le quatrième cycle de la négociation du partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (PTCI) entre l’Union européenne et les Etats-Unis.
Le manque de transparence et le contenu même des négociations de cet accord préoccupent les citoyen.ne.s, et des plateformes d’associations, de syndicats, d’ONG, de partis et d’organisations de consommateurs se créent partout en Europe pour mener campagne contre ce projet d’accord.
Les collectivités locales s’associent également à la dynamique : les régions Île-de-France, PACA et la municipalité de Besançon ont récemment adopté des déclarations demandant l’arrêt des négociations du grand marché transatlantique et se déclarant symboliquement « zone hors PTCI ».
Redoutant ces mobilisations citoyennes d’ampleur contre l’accord, le Commissaire européen au commerce, Karel de Gucht, a annoncé une consultation de trois mois sur le volet investissement des négociations. Mais cette consultation est loin de satisfaire aux exigences d’un vrai débat démocratique et des fuites confirment nos inquiétudes concernant le très controversé mécanisme de règlement des différends investisseur-État.
À l’occasion de ce nouveau cycle de négociations, de nombreuses initiatives seront organisées cette semaine par les cadres unitaires opposés au TAFTA :

En France et en Europe, nous sommes mobilisés et unis pour que ce projet de traité ne puisse pas voir le jour ! Nous ne pouvons accepter que la démocratie soit laissée aux mains des entreprises transnationales et des marchés financiers.

Organisations membres du collectif « Stop Tafta » :
Au niveau national
Accueil paysan, Agir pour l’environnement, Aitec-Ipam, Les Alternatifs, Amis de la confédération paysanne, Amis de la Terre, Attac, CADTM France, Cedetim, CGT, Colibris, Collectif citoyen les engraineurs, Collectif des associations citoyennes, Collectif Roosevelt, Confédération paysanne, Convergence citoyenne pour la transition énergétique, Convergences et alternative, Copernic, Economistes atterrés, Ecologie sans frontières, Ensemble, Europe écologie les verts, Faucheurs volontaires, Fédération Nationale Accueil Paysan, Fédération pour une alternative sociale et écologique, Fondation sciences citoyennes, France Amérique Latine, FSU, GAïA SOS planète en danger, Gauche anticapitaliste, Gauche unitaire, Générations futures, Golias, Idle No More France, Jeunes écologistes, Mouvement de la paix, Mouvement des objecteurs de croissance, MPEP, NPA, la Nouvelle école écologiste, Objectif transition, OGM Dangers, Parti de gauche, Parti pour la décroissance, PCF, Réseau action climat, Réelle démocratie maintenant (Indigné-e-s), Réseau environnement santé, Réseau semences paysannes, collectif Semons la biodiversité, Union syndicale Solidaires, Solidaires douanes, Syndicat national des arts vivants, UFISC, Utopia

Au niveau local
Collectifs locaux anti-gaz de schiste Orb Taurou, Anduze, Pézenas, Castelneau de Guers, Clapiers, Sète, Bassin de Thau, Vigan, Briard, Florac, Montélimar Drôme Sud, Orb-Jaur, Roynac, Toulon, Béziers, Campagnan, Haut-Bugey, Narbonnais, Corbières, Causse Méjean, Jaujac-Ardèche-Lignon, Pays cigalois, Littoral 34, Ardèche, Ain, Pays de Savoie et de l’Ain, Réseau Rhonalpin, Jura, Isère, Lot-et-Garonne, Rhône, Var, Vaucluse, Houille-ouille-ouille 59/62, Écolectif Dégaze Gignac et Environs 34, Montpellier Littoral contre les gaz, pétrole de schiste ! et Basta Gaz Alès, Garrigue-Vaunage, Collectif de Vigilance Gaz de Gardanne, Touche pas à mon schiste, Non aux forages d’hydrocarbures Haut-Jura, Carmen (Château-Thierry), ARPE (69), collectif anti-OGM 31