Les inégalités face aux retraites

Un cadre reçoit un montant total de pensions de retraite – cumulé tout au long de sa vie – 2,4 fois plus élevé qu’un ouvrier. Depuis 20 ans les réformes des retraites ont accru les inégalités en la matière.

Cliquez ici pour lire les explications de Noam Leandri et Louis Maurin, de l’Observatoire des inégalités.

———————————————————————————————————————

En bref :

Quelques éléments et chiffres clés tirés de cet article :
– Un cadre à la retraite peut compter sur un total de 866 000 euros alors qu’un ouvrier ne touchera que 360 000 euros. Le premier aurait 22,7 ans de pensions, contre 20 ans pour le second.

1- Les inégalités de retraite reflètent donc d’abord les écarts qui existent en matière de fiches de paie car les retraites sont proportionnelles aux niveaux des salaires.

En outre les mécanismes du système de cotisations permettent aussi aux cadres de toucher plus, car ils cotisent davantage pour la partie dite « complémentaire » de la retraite.

2- Le deuxième facteur qui explique les inégalités est la durée de vie. En moyenne, à l’âge de 55 ans, un cadre peut espérer vivre 30,9 ans, un ouvrier 26,7.

Les écarts d’espérance de vie en bonne santé sont encore plus grands. A 35 ans, l’espérance de vie des cadres supérieurs est de 47 ans (ils peuvent espérer vivre jusqu’à 82 ans compte tenu des conditions de mortalité du moment), celle des ouvriers de 41 ans (et donc 76 ans d’espérance de vie totale.

… « La question fondamentale qui se pose est celle du lien entre la pénibilité du travail, l’espérance de vie et la durée de cotisations. Les métiers qui aujourd’hui sont les plus pénibles, qui « usent » le plus ne sont plus ceux qui permettent de partir le plus tôt et de profiter de sa retraite le plus longtemps »…

 » …ceux qui disposent des métiers physiquement les plus durs ne sont pas toujours ceux qui ont le plus de poids dans le débat public, notamment du fait de leur faible représentation syndicale (bâtiment, grande distribution, hôtellerie-restauration, etc.)

La durée de cotisation est donc un élément déterminant. Lui donner plus de poids et moins à l’âge permettrait de réduire les inégalités entre catégories sociales. Encore ne faut-il pas perdre de vue qu’avant toute chose, il faut que chacun retrouve un emploi et que c’est d’abord en améliorant les conditions de travail et en réduisant le nombre des métiers les plus durs physiquement que l’on permettra au plus grand nombre de profiter d’une retraite bien méritée…

Et les femmes ?

Bénéficiant d’une espérance de vie très supérieure à celle des hommes (environ 7 années), les femmes sont théoriquement favorisées en matière de retraites sur l’ensemble de la durée de vie. Reste qu’au moment du départ, les femmes perçoivent une pension inférieure de 42 % à celle des hommes en moyenne. Ceci pour deux grandes raisons : d’une part les femmes sont en moyenne nettement moins rémunérées que les hommes (notamment du fait du temps partiel), d’autre part un grand nombre d’entre elles n’ont eu que des carrières incomplètes, liées notamment à la maternité. Ce qui explique aussi qu’elles prennent leur retraite un an plus tard que les hommes en moyenne.

En outre, si les femmes vivent plus longtemps, leur santé est relativement moins bonne à un âge élevé. A 60 ans, l’écart d’espérance de vie sans incapacité dans les activités en général entre hommes et femmes – 1,3 année – est beaucoup plus réduit que l’écart d’espérance de vie totale, 4,2 ans (lire le document de l’Ined).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :