samedi 1er décembre 14h – Manifestation « Chômage, Précarité : tous concernés ! »

novembre 29, 2012

AC !APEISCGT chômeursMNCP

Trajet / parcours: rdv 14h place de Stalingrad en direction de la place de Clichy – Assemblée populaire en fin de manifestation.

Pour la 10e année consécutive, les chômeurs et précaires feront entendre leur voix dans la rue et manifesteront publiquement samedi 1er décembre pour dénoncer une situation scandaleuse faite à un nombre croissant de personnes exclues des droits élémentaires que sont un emploi, un revenu, un logement, l’accès aux soins et à la culture…

6 mois après les élections, rien de nouveau sous les nuages de la précarité.

Un coup de pouce dérisoire aux allocations chômage, pas un centime d’euro pour les allocataires du RSA et de l’ASS, un manque d’emplois de plus en plus terrible et une pression de Pôle Emploi de plus en plus forte, voilà le changement dans la continuité que vivent quotidiennement chômeurs et précaires.

Par ailleurs, les chômeurs et les précaires exigent des réponses à leurs besoins immédiats et à leurs légitimes revendications. Ils affirment aussi qu’une véritable politique de l’emploi et des revenus est possible grâce à une répartition équitable des richesses. Ils rappellent leurs principales revendications:

– Un emploi stable pour tous, librement choisi et permettant de vivre décemment.

– Une indemnisation décente de toutes les formes de chômage et la revalorisation des différents revenus des chômeurs et précaires

– Une meilleure répartition du travail par le respect des 35 heures et par une nouvelle réduction du temps de travail.

– Davantage de moyens pour que les chômeurs accèdent à de vraies formations, et librement choisies.

Une retraite décente pour tous à 60 ans y compris pour les chômeurs non indemnisés et les allocataires du RSA.

– Une réforme de Pôle emploi : plus de moyens pour accompagner les chômeurs vers l’emploi, une séparation claire des deux fonctions principales: « indemnisation » et « accompagnement vers l’emploi »

– L’arrêt immédiat des radiations-sanctions !

– La revalorisation de l’allocation exceptionnelle de fin d’année (dite « prime de Noël ») à 500 euros, pour tous.

Le chômage et ses conséquences concernent l’ensemble de la société, nous appelons tous les chômeurs, précaires, salariés, retraités et tous les citoyens à nous rejoindre pour manifester avec nous !

AC !APEISCGT chômeursMNCP


Les peuples d’Europe se soulèvent

novembre 28, 2012

__________________________________________________

Où est le changement promis par François Hollande ? Après quelques mesures positives et limitées, le gouvernement a imposé un budget d’une austérité sans précédent depuis la seconde guerre mondiale et ne s’engage pas sérieusement dans la transition énergétique. La hausse de la TVA pour financer de nouveaux cadeaux fiscaux aux actionnaires démontre que la politique de ce gouvernement est dans la droite ligne de celle de Sarkozy-Fillon. En Europe, la course effrénée à l’austérité se poursuit. Après l’adoption du Pacte budgétaire, les institutions et gouvernements européens préparent un projet d’union budgétaire qui va généraliser les traitements de chocs appliqués à la Grèce, au Portugal, en Espagne.

Contre l’offensive néolibérale en cours en France et en Europe, il nous faut favoriser la convergence des mouvements sociaux, en coopération avec les forces politiques.

Des mobilisations fortes émergent partout en Europe, qui réunissent citoyen-nes, associations, syndicats, partis, contre ces politiques irresponsables. Lors du forum européen à Florence en novembre, a été lancé publiquement le processus d’Altersummit, dont l’objectif est d’aider à la structuration des mobilisations à l’échelle européenne ; un grand évènement se tiendra en Grèce en juin 2013. Pour débattre de ce projet et de la suite à donner aux actions des collectifs d’audit citoyen et à la mobilisation unitaire contre l’austérité, le CAC organise une grande journée d’échanges et de débats, samedi 12 janvier 2013.

Le texte complet de l’appel du CAC ici


Grande campagne de sensibilisation sur la dette publique belge

novembre 25, 2012

Grèce, Portugal, Espagne, Italie, France… Partout en Europe, ça bouge fort et on se mobilise contre l’austérité. En Belgique, la FGTB wallonne, la FGTB Bruxelles, le Comité pour l’annulation de la dette du Tiers-Monde (CADTM) et le Centre d’éducation populaire André Genot (CEPAG) s’associent pour lancer une grande campagne de sensibilisation sur la dette publique belge. Soutenez la campagne sur www.onveutsavoir.be

«A qui profite la dette ?» Un dessin animé pour comprendre la dette publique belge en 4 mn, avec les voix bien connues de Frédéric Jannin et Stefan Liberski.

Est-ce vraiment à nous de payer ? Nous voulons un audit citoyen de la dette publique !  Nous voulons lever l’écran de fumée sur la dette. Nous voulons tordre le cou aux idées reçues sur la dette et les politiques d’austérité que l’on nous présente comme inévitables.


Contre l’austérité, l’Europe des luttes et des solidarités en action !

novembre 11, 2012

Les organisations syndicales françaises CFDT, CGT, FSU, Solidaires et Unsa s’inscrivent avec l’ensemble du syndicalisme européen dans la journée d’action et de solidarité de la Confédération européenne des syndicats le 14 novembre 2012 pour la l’emploi et la solidarité en Europe.

Elles expriment leur ferme opposition aux mesures d’austérité qui font plonger l’Europe dans la stagnation économique, voire la récession. Ces mesures, loin de rétablir la confiance ne font qu’aggraver les déséquilibres et créer des injustices. Elles mettent à mal le modèle social européen mis en cause par la concurrence et parfois le dumping dans les domaines de la fiscalité, du coût du travail et des conditions sociales. Lire le reste de cette entrée »


Dexia : un puits sans fond

novembre 10, 2012

Alors que tous, patronat, Etat, Cour des comptes, Commission Européenne.. s’émeuvent du prétendu dérapage des dépenses sociales, appellent aux sacrifices et  imposent l’austérité, ils n’ont par contre aucune hésitation dès qu’il s’agit de voler au secours de ce système financier criminel qui plonge les peuples dans le dénuement.

Recapitalisée en urgence en octobre 2008 la banque avait déjà coûté 3 milliards d’euros à l’État français qui s’était engagé en 2011 à rebâtir une banque spécialisée dans le financement des collectivités locales avec l’aide de la Caisse des dépôts et de La Banque postale. La structure n’a toujours pas été créée.

Actuellement les engagements pris par l’État sont de l’ordre de 40 milliards d’euros, un montant représentant deux fois les garanties prises lors de la faillite du Crédit lyonnais. Le règlement des 7 milliards d’euros de prêts toxiques souscrits par les collectivités locales n’était pas inclus dans cette enveloppe. À cela vient s’ajouter désormais la nouvelle recapitalisation de 2,6 milliards, assortis de 38,75 milliards d’euros de garanties pour la France.

Découvrez le puits sans fond que représente l’établissement financier Dexia dans cet article de Médiapart…  Lire le reste de cette entrée »


Vous avez dit « choc de compétitivité ? »

novembre 4, 2012
Cliquez sur l'image pour avoir un aperçu plus grand de cette 
authentique ancienne gravure sur bois

Ce lundi 5 novembre Louis  Gallois a remis au gouvernement son fameux rapport qui préconise « un choc de compétitivité ». Au prétexte de cette compétitivité qu’il nous faudrait rattraper, en fait de choc, ce qu’on veut nous asséner ce sont encore privatisations, dérégulations, flexibilité, casse des droits sociaux… tout cela pour le plus grand profit des plus riches. 

Vous trouvez ci-après quelques premiers articles et éléments récents pour tâter d’un peu plus près de quoi cette fameuse compétitivité est faite.

 

  • Copernic et Attac répondent à Gallois, le 6 novembre, par Thomas Coutrot, Jean-Marie Harribey, Norbert Holcblat, Michel Husson, Pierre Khalfa, Jacques Rigaudiat, Stéphanie Treillet : 

« En finir avec la compétitivité »

———————————————–

  • Un article paru dans l’Humanité ce lundi 5 novembre :

Rapport Gallois: compétitivité, un choc contre le travail (décryptage)

La mise en œuvre d’un « choc de compétitivité » par une baisse massive de cotisations sociales serait une impasse économique. Le but véritable de l’opération ? Réduire la masse salariale pour mieux servir le capital. La crise appelle un nouveau mode de développement. Décryptage avec l’économiste Nasser Mansouri.

———————————————–

  • Un article de Henri Sterdyniak, économiste atterré, qui fait une analyse approfondie  de ce « choc » et propose d’autres voies :

« La politique économique est un sport de combat….. de l’offensive contre les cotisations sociales au choc de compétitivité »

L’article au format PDF 

———————————————–

  • Ci-dessous, l’introduction d’un très bon article, très complet de Frédéric Lemaire que vous pouvez consulter dans son intégralité sur le site « Les dessous de Bruxelles »

« La compétitivité, ou la loi des multinationales Depuis les années 90, la compétitivité est devenue le maître mot du discours politique, un véritable mantra. Aujourd’hui encore, depuis le Parti socialiste jusqu’à la droite, la compétitivité serait l’unique voie de sortie de la crise. Pourquoi au juste ? Parce qu’il n’y a pas le choix. Dans un contexte de libéralisation et de concurrence généralisées, la compétitivité, c’est l’équation gagnante : compétitivité des entreprises = croissance = créations d’emploi. Cette simple équation permet de comprendre comment la compétitivité s’est imposée comme un objectif ultime, un modèle « gagnant-gagnant » : les entreprises, les salariés et les gouvernements, tout le monde y gagne ; c’est la fin de la lutte des classes, sous la bénédiction bienveillante du capitalisme financier. Cette potion magique ne s’applique pas seulement à l’économie, mais à la société toute entière. Bien entendu, sur le plan économique, il faut plus de libre-échange, moins de régulation, moins d’impôts pour les (grandes) entreprises, moins de droit du travail, moins de cotisations sociales… Mais il faut aussi mettre l’école, la recherche, les services publics, l’écologie, la culture, nos villes, nos régions… et nous-mêmes au service de la compétitivité. Sauf que, sauf que… appliquées depuis plus de 20 ans, les bonnes recettes de la compétitivité n’ont jamais tenues leurs promesses. Loin d’apporter des perspectives pour les économies européennes, ces mesures ont en grande partie préparé la crise financière de 2008, puis elles ont contribué à l’empirer…. »

Vous pouvez accéder à l’article complet dans ce document PDF

———————————————–

———————————————–

À la veille de la publication du rapport Gallois, c’est une véritable campagne d’intox que mène le patronat et auquel le gouvernement a cédé sur la question de la compétitivité et du coût du travail. Or une étude publique en atteste : ce n’est pas la France qui a décroché, « c’est l’Allemagne qui a suivi une évolution atypique » en conduisant une politique salariale déflationniste.

———————————————–

  • Et les sirènes de la compétitivité capitaliste chantent depuis lurette belle… un petit regard dans le rétro avec ce discours « modèle » de Pompidou, Premier ministre, en 1967, « nous vivrons, et l’économie française… dans la préoccupation permanente… nous serons donc en risque permanent… et son rôle (au gouvernement) n’est certainement pas d’inviter les gens à la paresse en leur créant de nouvelles protections »