JacAttac

L’ami Jacques, pilier d’Attac 94 Nord nous a envoyé ce week-end une floppée d’infos. Les voici présentées de manière un peu plus claire (avec des renvois vers les pages détaillées). C’est la pajajacd’attac !

Quelques textes de nature à éclairer les prochains choix politiques que nous allons bientôt exprimer.

Une réponse d’un groupe local d’Attac à un article paru récemment dans la Tribune.
 On clique et on se régale d’un article du yeti qui commente la réponse des islandais …
  • Le gouvernement a-t-il donné le feu vert au nouvel outil de spéculation contre la dette française ?

A quelques jours de l’élection présidentielle, Eurex – une bourse allemande spécialisée dans les produits dérivés – lance un nouveau produit financier qui va permettre de faciliter grandement la spéculation sur la dette française. Jusqu’ici réservée aux très gros opérateurs financiers, la spéculation sur les taux d’intérêt payés par la France va devenir accessible au boursicoteur de base.

Comme dans le domaine des matières premières ou agricoles, la spéculation sur les produits dérivés de taux d’intérêt risque de faire flamber les prix du « sous-jacent » – c’est-à-dire ici le taux d’intérêt sur la dette française. En achetant ce produit, les spéculateurs peuvent en effet parier sur une hausse des taux d’intérêt que la France offre aux prêteurs. Plus nombreux seront les parieurs, plus les prêteurs jugeront que « le marché » anticipe une hausse des taux, et plus ils seront inquiets sur la situation de la dette française. Car une hausse des taux d’intérêt (« prime de risque ») indique que les opérateurs de marché anticipent un risque plus élevé de défaut du pays concerné. De fait cette hausse alourdit la charge de la dette, donc aggrave les déficits, la dette et donc in fine le risque de défaut…

Finalement, selon la logique de la « prophétie autoréalisatrice », les paris sur la hausse des taux d’intérêt contribueront à cette hausse. Et l’exigence d’un plan d’austérité draconien pour « rassurer les marchés » sera posée « dans les deux jours après le 6 mai », comme l’a affirmé Nicolas Sarkozy.

Eurex est une société privée qui dit n’avoir aucune intention politique : elle affirme ne faire que répondre « à une forte demande des acteurs de marché français et autres acteurs européens, à la recherche d’un outil de protection adapté ». C’est possible, mais  l’Agence France Trésor, c’est-à-dire Bercy, c’est-à-dire le gouvernement français, s’est quant à elle publiquement félicitée de cette « initiative privée qui pourrait susciter un surcroît d’intérêt des investisseurs pour les titres français et accroître marginalement leur liquidité », (selon un porte-parole de l’AFT cité hier par l’AGEFI. (www.agefi.fr/articles/les-futures-sur-la-dette-francaise-renaissent-de-leurs-cendres-1216824.html).

Selon Pascal Canfin, député européen EELV, l’Agence France Trésor (AFT) a même accordé son autorisation au lancement de ce produit. L’AFT, donc Bercy, donc le gouvernement français, a-t-elle vraiment autorisé le lancement de cette nouvelle arme de spéculation massive à quelques jours de l’élection présidentielle ? Est-il possible que les technocrates de l’AFT aient agi dans une affaire aussi grave sans même en référer à leur ministre ? Est-ce une coïncidence au moment où Nicolas Sarkozy et François Fillon agitent de façon de plus en plus ostensible l’épouvantail d’une attaque spéculative contre la France en cas d’élection de François Hollande ?

Attac exige la clarté sur les conditions de lancement de ce produit financier. L’incompatibilité entre la démocratie et la loi des marchés financiers devient de plus en plus éclatante. La finance ou les citoyens, qui doit décider ?

Attac France,
A Paris, le 13 avril 2012

Cliquez sur le titre pour accéder à la vidéo et sur la vignette pour accéder au texte en PDF.
Dans une tribune au Guardian, le politologue et co-directeur du Center for Economic and Policy Research à Washington, Mark Weisbrot estime qu’avec Jean-Luc Mélenchon, la France dispose d’une alternative progressiste. Le seul à proposer que la BCE prête aux états au même taux qu’aux banques, le seul à proposer que la France sorte de l’OTAN. Le candidat idéal pour la France selon ce politologue américain.

Au sujet des problèmes d’actualité

Sur le site du Seuil, la page de présentation du livre d’Antoine Peillon « Ces 600 milliards qui manquent à la France. Enquête au cœur de l’évasion fiscale », dont nous avons déjà parlé ici. Nous vous proposerons prochanement un résumé de ce livre explosif.

  • Les marchés ou les citoyens, qui doit décider ?
  1. http://www.audit-citoyen.org/?p=2341
  2. http://www.france.attac.org/articles/ratifier-sans-consulter-le-peuple-les-candidats-doivent-sexpliquer
  3. http://www.france.attac.org/les-marches-ou-les-citoyens-qui-decide
Une petite promo en passant.
Commentaire : On s’étonnera tout de même de ce qu’Attac ne pratique pas la progressivité des tarifs d’adhésion, ni ne connaisse la gratuité de ladite adhésion pour qui n’a pas les moyens…
A lire sur Marianne, un article d’Emmanuel Todd sur le livre Circus politicus, de Christophe Deloire et Christophe Dubois, Albin Michel
Le site « Ne nous laissons pas tondre » où l’on parle de manière agitée et illustrée de la crise, la monnaie, les intérêts… Plein d’exemples à piocher

Un article du site « ‘Amitié entre les peuples »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :