Quatre émissions sur l’histoire des banques

mars 26, 2012

Pour ceux que la finance passionne et qui veulent mieux connaître les outils de notre oppression, notre bon Jacques et ses amis d’Attac nous invitent à écouter ces quatre émissions récentes de France Culture sur l’histoire des banques. Cliquez sur les liens ci-après pour les télécharger en mp3 (50 Mo environ par fichier)

Émission 1, Émission 2, Émission 3, Émission 4


La lettre de l’audit citoyen, n°3

mars 20, 2012

Bonjour tous,

Vous trouverez ci-dessous la lettre de l’audit citoyen n°3. Pour la recevoir directement dans votre boîte mail, il suffit de vous inscrire, c’est ici !

Chères amies, chers amis,

Bientôt 5 mois après le lancement de l’appel pour un audit citoyen de la dette publique, le collectif pour un audit citoyen se trouve actuellement dans une phase décisive. Partout en France, les meetings et les réunions publiques du collectif ont connu un important succès populaire, montrant combien l’initiative faisait écho à des préoccupations largement partagées.

Face aux enjeux qui se dessinent en Europe et en France, il est désormais nécessaire d’accroître encore davantage la pression populaire pour dénoncer l’arnaque de l’austérité. Cela implique bien sûr de se mobiliser en solidarité des peuples frappés de plein fouet par les mesures destructrices imposées par la Troïka (la Banque centrale européenne, le FMI et la Commission européenne).

Le collectif s’apprête à se mobiliser de manière prioritaire pour le rejet du Pacte budgétaire, qui prétend imposer à l’Europe un carcan d’austérité dangereux à la fois pour les conditions de vie des européens et pour la démocratie. Cette campagne bien sûr s’appuiera sur des documents d’explication (comme cette traduction d’une analyse du Traité), de supports développés par le collectif, mais aussi sur des mobilisations encore à construire.

Plusieurs dates de mobilisations sont d’ores et déjà inscrites sur l’agenda du collectif :

–  Samedi 31 mars : Libérons-nous de la dette !

Depuis le lancement de l’audit citoyen, les activités des collectifs locaux se sont diversifiées : d’un côté, bien sûr, l’éducation populaire avec un foisonnement de documents, de supports, de réunions d’explication pour se saisir collectivement de la question de la dette. De l’autre, la nécessité de ne pas en rester aux discours, mais d’agir, à travers des manifestations ludiques, ou l’interpellation des maires pour un débat citoyen sur les emprunts toxiques et le financement des collectivités, par exemple.

Le 31 mars, des mobilisations locales sont prévues dans toute la France dans le cadre de l’initiative « libérons les élections » lancée par un collectif d’organisations. Ce sera l’occasion pour les collectifs locaux de mettre en avant la dynamique locale en organisant des actions de rue et d’éducation populaire, pour lesquelles un kit de mobilisation est disponible sur le site de l’audit citoyen. Ou encore, de mobiliser localement autour d’une interpellation des collectivités locales (voir ci-après).

A noter que vous pouvez commander des exemplaires du questionnaire du collectif (seuls les frais de ports sont payants) en envoyant un message sur materiel-militant@audit-citoyen.org. Vous pouvez également commander des 4 pages.

 – Samedi 19 mai : manifestation européenne à Francfort devant la BCE

Le 19 mai, une grande manifestation européenne est prévue à Francfort, à l’initiative des mouvements sociaux allemands et avec des participants venus de toute l’Europe, pour protester contre l’austérité imposée par  la Troïka. Il s’agit d’une mobilisation majeure par sa dimension européenne et symbolique, à un moment où l’Europe justifie toutes les régressions et où la BCE préfère sauver les banques que les peuples européens.

Elle entre par ailleurs directement en résonance avec la nécessaire campagne sur le Pacte budgétaire et les alternatives en Europe. C’est pourquoi le collectif pour un audit citoyen a choisi d’appeler les collectifs locaux à y participer, et dans la mesure de leurs possibilité, à organiser le transport de participants vers Francfort. Plus d’informations suivront sur le site de l’audit citoyen.

Solidarité avec les peuples frappés par les plans d’austérité

Partout en Europe la dette justifie une offensive sans précédent sur les droits sociaux et démocratiques. En réponse, les mobilisations se multiplient, et dans leur foulée des initiatives européennes de solidarité.

22 mars : grève générale au Portugal. Des rassemblements sont prévus en France en solidarité avec le peuple portugais dans le cadre d’un appel international. A Paris, la manifestation commencera à 18h depuis l’Ambassade du Portugal, rue de Noisiel, Paris 16ème (Métro Porte Dauphine) jusqu’à l’Ambassade de Grèce.

25 mars : journée d’action européenne de solidarité avec la Grèce. Les indignés grecs organisent une journée européenne de solidarité avec la Grèce. Des actions devraient se tenir en Grèce et en Europe, à suivre sur le site Realdemocracygr.

29 mars : grève générale en Espagne. Grève générale historique en Espagne à l’appel des principaux syndicats, contre les politiques d’austérité du gouvernement de Mariano Rajoy.

Le collectif pour un audit citoyen de la dette participe aux efforts de convergence des luttes des peuples européens en lien avec d’autres initiatives citoyennes en Europe. Une réunion de coordination des initiatives d’audit est prévue à Bruxelles le 7 avril afin de coordonner les initiatives autour de la dette.

A noter : suite aux demandes de militants de plusieurs pays d’Europe et d’ailleurs, la précédente lettre de l’audit citoyen a été traduite en 6 langues (un grand merci aux traducteurs). Les retours nous enseignent combien la dynamique de l’audit citoyen provoque la curiosité et l’intérêt !

–  Collectivités pour l’audit, luttes et audits dans les services publics.

Suite à l’initiative « interpellez votre Mairie » lancée par le groupe de travail collectivités locales du collectif, les premières délibérations des collectivités en soutien à l’audit citoyen nous sont parvenues. Elles sont disponibles ici. Il est essentiel de poursuivre les interpellations des collectivités qui sont de plus en plus asphyxiées par les coupes dans leurs financements et par les emprunts toxiques. C’est une démarche citoyenne facile ! Vous trouverez un mode d’emploi ici.

Les emprunts toxiques concernent aussi les hôpitaux… et justifie de nouvelles coupes budgétaires. Le groupe de travail collectivités locales du collectif a publié un mode d’emploi pour l’audit des établissements hospitaliers.

Le collectif travaille par ailleurs main dans la main avec les initiatives et collectifs de lutte pour les services publics. C’est le cas dans le domaine de la santé avec la coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternité de proximité, dont la vice-présidente Françoise Nay est intervenue au meeting du collectif le 5 mars.

Pour les collectifs locaux qui souhaitent s’impliquer dans ces luttes, le site de la coordination nationale permet de s’informer sur les luttes et collectifs de défense existant au niveau local.

– Un documentaire sur la dette et l’audit citoyen

Regroupement de créateurs et de techniciens de toutes disciplines artistiques, la coopérative DHR (Direction Humaine des Ressources) compte parmi les signataires de l’ « Appel pour un audit citoyen de la dette ».  Cette coopérative produit un documentaire sur la dette avec pour objectif une sortie en salles dès l’automne prochain.

Partant des idées reçues véhiculées dans les médias, intégrant un « quizz » citoyen, le film prend le parti de donner d’emblée un droit de réponse à des voix hétérodoxes : économistes, mais également sociologues, historiens, philosophes, artistes… Un levier supplémentaire pour permettre à un public large de s’emparer d’un débat trop souvent réservé aux « spécialistes ».

DHR lance une souscription pour mobiliser des moyens supplémentaires pour le mener à terme. Il vous est possible de contribuer à sa réalisation en effectuant un don à DHR (Direction Humaine des Ressources). Pour tout renseignement complémentaire, pour recevoir le bulletin de souscription ou apporter d’autres contributions, vous pouvez adresser un message à cooperative@d-h-r.org.

Merci de nous avoir lu, et n’oubliez pas de vous rendre sur : http://www.audit-citoyen.org

Vous pouvez aussi nous contacter à l’adresse suivante : contact@audit-citoyen.org

La lutte continue !


La fabuleuse histoire de M. et Mme Pognon

mars 20, 2012

Frédéric d’Attac, nous signale cette intéressante vidéo réalisée par la CGT Finances… Voici la fabuleuse histoire de M. et Mme Pognon ou comment bien profiter de la fiscalité quand on est riche. Vous pensez tout savoir ? Vous pensez payer trop d’impôts ? Alors, regardez !


Film-débat avec le collectif de Vitry vendredi 16 mars à 20H00

mars 14, 2012

La dette publique un problème ?

La dette est le prétexte invoqué par les capitalistes, les gouvernements pour nous imposer toujours plus d’austérité, de chômage, de précarité, et de casse des services publics. Se saisir de la question de la dette est devenu un problème vital pour l’ensemble de la population.
Le collectif de Vitry pour un audit citoyen de la dette soutenu par Attac, Convergences et Alternative, EE les Verts, NPA, PCF, Parti de Gauche, CGT Territoriaux de Vitry, FSU, Sud Education vous invite à débattre, chercher les réponses contre les mensonges véhiculés par les néolibéraux sur la dette publique. Pour lutter , nous voulons savoir et comprendre !
VENDREDI 16 MARS 2012, 20H00, salle du Château, 6 rue Montebello (derrière la place du marché)
Film « DEBTOCRACY »  sur la crise de la dette en Grèce, suivi d’un débat

Voyez le très bon flyer, clair et très efficace que le collectif à mitonné pour l’occasion :  Flyer collectif du 15-02-2012 –

Sur le contenu de ce flyer, juste deux remarques amicales :

1 – Le montant total des niches fiscales depuis plus de 10 ans est plutôt de 145 Milliards et non pas 60 selon de nombreuses sources (cf par exemple « Les vrais comptes de niches fiscales » dans Alternatives économiques de septembre 2011). La filouterie du gouvernement pour réduire le montant total apparent de ces cadeaux qui profitent très majoritairement aux plus riches est tout simplement de « déclasser » (comprendre enlever purement et simplement) certaines de ces niches au fur et à mesure des années.

2 – Il nous faut éviter d’utiliser le terme « charges » sociales ou patronales. Ce ne sont pas des « charges » mais du salaire indirect ou du salaire socialisé. Le terme de « charges » est une invention idéologique. On ne le trouve dans aucun texte de loi ni dans le code du travail. Il ne se trouve nulle part ailleurs que dans le vocabulaire du patronat et des libéraux qui le soutiennent.

Pierre


Idée : délibération des villes + appel aux citoyens

mars 14, 2012

Rémi du Collectif d’Orléans nous fait passer cette très bonne proposition d’action :

Si l’initiative peut intéresser d’autres comités locaux CAC, nous avons décidé dans le Loiret d’accompagner l’envoi de délibération aux mairies (parti en ce qui nous concerne il y a une dizaine de jours) d’un appel aux citoyens, afin qu’ils incitent leurs élus à examiner la délibération en question. Le modèle de courrier se trouve là : http://local.attac.org/attac45/spip.php?article715


Le CADTM dénonce la campagne de désinformation sur la dette grecque

mars 14, 2012

Le CADTM dénonce la campagne de désinformation sur la dette grecque et le plan de sauvetage des créanciers privés

Plus de 85% des créanciers privés (banques, assurances, fonds de pension…) ont accepté jeudi soir de participer à la restructuration de la dette grecque en effaçant 107 milliards d’euros. Sur le papier, ces créanciers renoncent ainsi à 53,5% de leurs créances. Mais contrairement aux apparences, le CADTM affirme que cette opération est surtout une bonne nouvelle pour les banques grecques et européennes (principalement françaises et allemandes), pas pour le peuple grec à qui on promet de nouvelles détériorations de ses conditions de vie.

En effet, les créanciers et le gouvernement grec ont mis en place un montage complexe : les créanciers privés échangent leurs titres grecs contre de nouveaux d’une valeur (faciale) inférieure. Ainsi, pour une obligation échangée d’un montant initial de 100 euros, les créanciers vont recevoir un nouveau titre d’une valeur faciale de 46,5 euros. Loin de perdre à ce petit jeu, les créanciers privés troquent des titres qui se vendaient entre 15 et 30 euros sur le marché secondaire pour des titres bien plus sûrs.

De surcroît, la Troïka octroie un nouveau prêt de 130 milliards à la condition que le montant soit utilisé pour payer la dette et soutenir les banques. Alors que tous les grands médias reprennent le refrain officiel selon lequel la dette grecque est réduite de 107 milliards d’euros, ils oublient d’intégrer les 130 milliards de nouveaux crédits octroyés par la Troïka qui viennent l’augmenter. En bout de course, les créanciers privés s’en sortent très bien et sont remplacés par des créanciers publics internationaux (BCE, Etats de la zone euro, FMI) qui vont exercer une pression constante sur les autorités grecques afin d’aggraver les mesures antisociales.

De plus, alors qu’en cas de litige 85% des anciens titres dépendaient de la législation grecque, l’entièreté des nouveaux titres dépendra de la justice de Londres. L’objectif des créanciers est de limiter la possibilité de la Grèce de décréter un défaut de paiement ou une annulation.

Pour le CADTM, ce nouveau plan est une supercherie car, sous prétexte de venir en aide à la Grèce, il sauve la mise aux créanciers privés qui portent pourtant une lourde responsabilité dans l’endettement de la nation hellène. Les banques ont utilisé une partie de l’argent public injecté afin de les sauver de la faillite en 2008-2009 pour spéculer sur la dette grecque et ont pu réaliser d’énormes profits avant de pousser la Grèce vers la grave crise qu’elle connaît.

Selon le CADTM, tous les prêts de la Troïka à la Grèce octroyés depuis mai 2010 sont odieux, ils sont frappés de nullité car ils constituent une violation permanente des droits économiques, sociaux, civils et politiques des citoyens grecs.

Le CADTM tient une nouvelle fois à saluer le courage et la détermination du peuple grec qui lutte contre les politiques d’austérité inhumaines imposées par la Troïka. Le AAA des créanciers (Austérité Austérité Austérité) doit laisser la place au AAA des peuples : Audit Annulation Autre politique.

Pour le CADTM, la solution passe nécessairement par la mise en place d’une politique radicalement différente. En Grèce comme dans les autres pays soumis à la Troïka, il faut mettre fin au remboursement de la dette et abandonner les mesures antisociales. Afin de lutter contre la campagne mensongère sur la crise grecque, il faut renforcer l’audit citoyen de la dette publique qui doit aboutir à la répudiation de la part illégitime ou odieuse. Le CADTM soutient pleinement la Campagne d’audit de la dette grecque et les comités d’audit qui se mettent en place dans plusieurs autres pays européens. Le CADTM appelle à multiplier les actions de solidarité avec le peuple grec et à constituer un large front social européen contre les politiques d’austérité.

Contacts :

web : CADTM

CADTM Belgique :

Renaud Vivien, juriste, renaud@cadtm.org, 00 32 497 04 79 99
Eric Toussaint, président, eric.toussaint4@gmail.com, 00 32 486 74 47 52

CADTM France
Damien Millet, porte-parole du CADTM France,  france@cadtm.org, 00 33 6 60 54 27 13

Comité Grec contre la Dette – CADTM : Sonia Mitralia, animatrice du Comité grec contre la dette – CADTM, sonia.mitralia@gmail.com, 00 30 693 22 95 118

Yorgos Mitralias, animateur du Comité grec contre la dette- CADTM, giorgos.mitralias@gmail.com


Le Pacte budgétaire ou l’austérité à marche forcée

mars 9, 2012

L’austérité à marche forcée ; 10 choses que vous devez savoir sur le Pacte budgétaire

Le 1er mars 2012, 25 chefs d’Etat et de gouvernements ont signé un nouveau traité[[The Fiscal Compact, or “The treaty, stability, Coordination and governance in the Economic and Monetary Union”,  qui devrait entrer en vigueur au début de l’année 2013.

Ce Pacte budgétaire a été conçu dans l’urgence, et sous de très mauvais auspices : ses promoteurs avaient initialement prévu de l’adopter sous forme de modification des traités existants, mais le véto de la Grande-Bretagne, lors du Conseil européen du 9 décembre, les a obligé à créer un nouveau Traité ad hoc. Cette procédure permettait en outre une adoption plus « souple » et « simple », c’est-à-dire qu’elle garantissait moins d’« interférences » liées à tout débat public et démocratique, en adoptant un traité de l’Union européenne qui n’en était pas vraiment un.

Ce Pacte budgétaire a pour vocation à obliger les États signataires à appliquer des politiques budgétaires très strictes via un renforcement des règles et contrôles. Entre autres, les dénommés « déficits structurels » devront rester sous la limite de 0,5% du PIB. Si l’adoption du nouveau traité a été chaudement applaudie par le monde des affaires, et notamment la fédération patronale européenne BusinessEurope, elle a été dénoncée de manière univoque par les syndicats, et pour la première fois de son histoire, la Confédération européenne des syndicats (CES) s’est opposée à un traité européen.

Pourquoi maintenant ?

« Ce Traité rassure peut-être les amis politiques de la Chancelière Merkel, mais sûrement pas les millions de chômeurs, de travailleurs pauvres et précaires en Europe, qui attendent en vain un véritable soutien de la part des institutions européennes. C’est pourquoi nous y sommes opposés » a expliqué Bernadette Ségol, secrétaire générale de la CES [Press release from the ETUC, 31. January 2012, http://etuc.org/a/9605  ].

La plupart des commentateurs et analystes s’y accordent : ce traité ne va pas changer le cours de la crise de l’euro, et il n’a pas vocation à le faire. Il vise davantage à orienter les politiques économiques futures de l’Union européenne, ainsi qu’à donner des gages à l’électorat allemand. La Chancelière Angela Merkel a ainsi souhaité exprimer sa fermeté à l’égard des pays surendettés, et montrer que le co-financement du Mécanisme européen de stabilité (MES) sera assorti de strictes conditionnalités – de plans d’austérité drastiques – pour les États membres qui souhaiteraient en bénéficier.

Trois nouveautés

Une analyse rapide du nouveau traité peut donner l’impression qu’il s’agit tout au plus d’un ensemble de nouvelles règles et de mécanismes. Ce texte est en effet rempli de dispositifs qui visent à orienter les politiques économiques dans de nombreux domaines. Si l’on met de côté les déclarations d’autocongratulation sur les « réalisations » passées, la répétition des contrôles déjà prévus dans la législation européenne et les suites à donner à ce Pacte, il reste tout au plus trois nouveautés : une formalisation plus poussée des Sommets de la zone euro, des mécanismes d’intervention plus réactifs à l’égard des pays en déficits, ainsi que le fameux « frein à la dette », qui met en place de manière contraignante des règles pour réduire la dette et les déficits.

Dénouer l’enchevêtrement de ces mesures peut se révéler compliqué. En fait, les principaux éléments de ce traité se résument en 10 points :

1.      Un « traité d’austérité » 

Voici l’aspect central de ce traité : l’obligation pour les Etats membres de durcir leurs politiques budgétaires – en réduisant voire évitant les déficits – de manière bien plus drastique que ce qui est prévu dans la législation européenne.

Le resserrement des politiques budgétaires n’est bien évidemment pas un élément nouveau des politiques européennes. Le Pacte de stabilité et de croissance (issu du traité de Maastricht), au cœur de l’Union économique et monétaire impose aux Etats membres de garder leurs déficits sous les 3% du PIB… Avec amendes à la clé, dans le cas des pays de la Zone euro. Dans un premier temps, les gouvernements en faute se voient attribuer un programme pour atteindre un budget équilibré. L’élément clé de ce « programme d’ajustement » étant la réduction du « déficit structurel » (voir encadré), l’objectif étant généralement d’atteindre un objectif de 0,5% du PIB en plusieurs années [Regulation 1466/97, article 5]. Le nouveau traité rend cet objectif obligatoire.

Qu’est-ce que le déficit structurel ?

Le déficit structurel est censé révéler un problème à moyen-terme dans le budget d’un Etat qui aurait des recettes insuffisantes et de dépenses trop importantes. Pour obtenir ce déficit, il faut soustraire au déficit annuel de l’Etat le déficit dû aux variations de l’économie (en temps de crise, les déficits s’accroissent de manière « automatique ») ainsi que les dépenses exceptionnelles des gouvernements, dépenses considérées comme « légitimes » dont la liste est établie. Ce déficit structurel est la base sur laquelle on considère qu’un Etat doit prendre des mesures pour couper dans les dépenses ou augmenter les taxes. Le « frein à la dette » vise à réduire ce déficit identifié comme cause structurelle d’endettement.

On peut ainsi calculer que si le traité était appliqué, les coupes budgétaires (ou hausses fiscales) se seraient avérées considérables : pour le moment, seuls 4 Etats membres font état d’un déficit en dessous du seuil « magique » de 3% (Luxembourg, Finlande, Suède, Estonie)[ Eurostat statistics].

Dans de nombreux pays, des mesures dramatiques devraient être prises. En Belgique, par exemple, où sur un déficit total de 4,6%, 4% sont considérés par la Commission comme « déficit structurel ». La Belgique devrait donc, selon le traité, réduire son déficit sous une barre de 1,1% (0,5% de déficit structurel + 0,6% de déficit non structurel).

A première vue, les Etats signataires ne sont pas directement contraints à prendre des mesures de réduction des dépenses sociales. Pourtant, « réduire le déficit structurel » présuppose ici des mesures bien particulières. Les recommandations de la Commission aux Etats membres sous les coups d’une procédure de déficit excessif – actuellement cela concerne 23 des 27 Etats membres – sont très claires : il faut couper dans les dépenses sociales pour diminuer le déficit structurel [European Economy, Occassional Papers 65, 2010, ]. Une limite de 0,5% du déficit structurel va par ailleurs sérieusement réduire les options disponibles pour les gouvernements, notamment en situation de crise. Elle les empêchera de faire les investissements publics nécessaires pour répondre à la crise.

Enfin, il faut noter que le traité – ainsi que de nombreuses des règles et procédures européennes actuelles – met particulièrement l’accent sur les dépenses. Cela a été confirmé avec l’adoption du Pacte pour l’euro en mars 2011, qui explique de manière claire que l’« équilibre des finances publiques » présuppose des attaques contre les retraites, les dépenses de santé et allocations sociales [The Europlus Pact, page 19 in the Council conclusions, 24-25. March 2011,].

2.      Un pilotage automatique

Lorsque le « frein à la dette » n’est pas respecté par un gouvernement lors de l’adoption du budget national, des mécanismes au sein même de la législation nationale devraient déclencher des sanctions – suffisamment sérieuses pour remettre le gouvernement sur la voie d’une « réduction des déficits ».

Cela pose la question suivante : dans ce cas, qui va remettre en place les gouvernements, et comment ? Qui va poursuivre les gouvernements et les obliger à changer sa politique économique, et par quel biais ? Le traité nous donne quelques indices. La responsabilité pour définir les « principes communs » des règles budgétaires est dévolue à la Commission européenne, y compris les principes sur « l’indépendance des institutions responsables au niveau européen pour contrôler le respect strict des règles ». En d’autres termes, des instances indépendantes seront mises en place au niveau national, probablement composées d’experts et d’économistes, afin de veiller à l’application de la discipline budgétaire.

3.      L’austérité à perpétuité

Aucune limite temporelle n’est prévue au renforcement des politiques budgétaires.

Le texte stipule en effet que les États membres doivent adopter des « dispositions à caractère contraignant, de préférence constitutionnelles, ou bien avec la garantie d’une application et d’une adhésion totale lors du processus d’adoption du budget national ». En d’autres termes, de manière permanente.

La préférence de l’Allemagne va pour la procédure constitutionnelle. L’Allemagne a récemment adopté une modification constitutionnelle qui s’apprête à forcer les gouvernements futurs à rester en dessous d’un déficit structurel de 0,35%. C’est ce type de mesure que la Chancelière Merkel souhaiterait voir appliquer dans les autres Etats membres. Il y a cependant d’autres possibilités, qui doivent néanmoins s’appliquer de manière permanente. Comme l’indiquait la Chancelière :

« Le frein à la dette va être contraignant et s’appliquer de manière permanente. Elles ne doivent en aucun cas pouvoir être changées par une nouvelle majorité parlementaire.[[The Guardian, 30 January 2012, http://www.guardian.co.uk/business/2012/jan/30/eu-summit-eurozone-treaty-deal?newsfeed=true%5D%5D»

Bien sûr, le texte stipule qu’il faut « respecter totalement les prérogatives des parlements nationaux », mais dans un tel contexte, cela sonne davantage comme un véritable pied-de-nez.

Dans certains pays, une modification de la constitution nécessite un referendum, et il s’agit là d’un scénario à éviter à tout prix pour les promoteurs du Pacte budgétaire. Une manière de faire cela, dans le cadre de ce nouveau traité européen qui n’en est pas un, serait de mettre en place une règle permanente, quasi-constitutionnelle, mais en dehors de la Constitution.

4.      En cas de doute, la Cour européenne de justice aura le dernier mot

Que se passe-t-il si un Etat membre considère qu’un autre Etat membre n’a pas adopté de règle suffisamment forte pour mettre en œuvre les règles du traité ? Dans ce cas, le plaignant peut porter plainte auprès de la Cour de justice européenne (CJCE). Cela peut s’avérer quelque peu surprenant : en effet, le rôle de la CJCE est de s’assurer du respect de la législation européenne, pas de régler des différends entre Etats de manière générale ou sur la base de traités hors de l’Union européenne. Pourtant, la CJCE pourra à ce titre imposer des amendes à hauteur de 0,1% du PIB.

Ce rôle clé dévolu à la Cour européenne de justice pourrait devenir très important dans le futur. Il permettra a tout Etat membre de porter plainte sur tout aspect de l’implémentation du traité dans un autre Etat membre.

5.      Peu ou pas de flexibilité

Les signataires devront-ils ramener leur déficit structurel en dessous de 0,5% du PIB dès l’application du traité ?

Non, mais cela devra se faire rapidement. Le temps dévolu n’est pas encore clairement défini dans les propositions de la Commission. Dans leurs « efforts » pour réduire les déficits, les signataires auront exceptionnellement la possibilité de dévier du chemin étroit de l’austérité, dans le cas où ils feraient face à une récession ou croissance faible, à condition que cela ne mette pas en danger l’atteinte d’un « équilibre budgétaire à moyen terme ». La même exception figure lorsque l’objectif de 0,5% est atteint.

Cette exception reste néanmoins très floue, et pourrait ne jamais entrer en vigueur. La seule véritable disposition permettant une flexibilité concerne les Etats qui sont peu endettés, pour lesquels un déficit de 1% du PIB est toléré. Mais peu de signataires pourront profiter de cette exception dans les prochaines années [Eurostat Newsrelease, 6. February 2012, ]. Même en temps de crise, les signataires qui souhaiteraient mettre en place des politiques budgétaires ambitieuses et des investissements publics se verront opposer des obstacles importants. Il s’agit de tuer dans l’œuf toute tentative de réponses Keynésienne à la crise, réponses qui ont pourtant prouvé leur efficacité dans le passé quand bien même elles auraient provoqué d’importants déficits.

« Quand tout va bien, tels resserrement budgétaires sont inutiles. Quand tout va mal, ils ont des conséquences néfastes. Ce n’est pas un signe de mauvaise gestion que de présenter des déficits en temps de crise » comme l’explique l’économiste Jesper Jeffersen[[Professor Jesper Jespersen, interview, 24th of February. ]].

Ce traité s’apprête donc à graver dans le marbre une réponse à la crise qui s’avère inadaptée, et à faire en sorte que, en temps de crise, ce soient les dépenses publiques qui soient systématiquement désignées comme responsables – même si, comme c’est le cas aujourd’hui, les causes de la crise se trouvent davantage dans le fonctionnement du secteur privé.

Mauvais diagnostic… mauvais traitements.

6.      La méthode de calcul est biaisée, et stigmatise les dépenses sociales

Les détails du calcul du « déficit structurel » sont trop compliquées pour être compréhensibles et transparentes vis-à-vis du grand public. En fait, il n’y a pas de consensus au plan international, ni même à l’échelle européenne, sur la méthode de calcul. Le FMI, l’OCDE, la Banque centrale européenne et la Commission européenne, chacun utilise sa propre approche.

Pourtant, la méthode utilisée joue un rôle crucial. Ce chiffre de 0,5% peut déterminer à maints égards l’avenir de nos droits sociaux. Déterminer si un Etat se trouve d’un côté ou de l’autre de ce seuil dépend dans une large mesure de la méthode de calcul.

Un exemple : en 2011, la Commission a calculé que le déficit structurel du Danemark était de 3%. Le gouvernement danois, quant à lui, a avancé le chiffre de 1%. Si c’était le chiffre de la Commission qui devait être utilisé, le pays devrait faire en termes d’efforts budgétaires le double des économies qu’il avait réalisées en « réformant » son système de retraite (c’est-à-dire en réduisant les pensions).

Pour la Banque nationale danoise, et le Ministre des finances du Danemark, la méthode employée par le gouvernement reflétait mieux l’économie danoise, tandis que la méthode de la Commission comprenait des biais à l’égard des pays qui disposent de systèmes de protection sociale conséquents [European Commission, European Economy no 3, 2006, ]. Pourtant, c’est bien la Commission qui sera en charge des principes communs de calculs des déficits structurels, et il y a fort à parier qu’elle propose les mêmes méthodes qu’elle utilise actuellement.

Les méthodes employées par un Etat pourront par ailleurs être portées à la Cour de justice européenne si elles sont considérées comme inadaptées. Il y a là encore fort à parier que la Cour ne soutienne pas les méthodes employées par la Commission depuis des années. Ainsi les méthodes nationales de calcul ne risquent pas de faire long-feu : la Commission devrait faire de l’adoption de règles uniformes une priorité ; ces règles pourraient s’avérer un outil politique de premier choix pour imposer la discipline budgétaire.

7.      Il s’agit d’un outil politique – les calculs sont peu fiables, voire dangereux

La Commission aura donc un rôle considérable vis-à-vis de l’établissement de ces règles de calcul. C’est peu dire, pourtant, que la Commission a, à plusieurs occasions, fait preuve d’une certaine forme de partialité dans ses fameux calculs. Le cas de l’Irlande est particulièrement parlant : fin 2008, la Commission avait prévue de très bonnes perspectives pour l’économie irlandaise, qui s’est pourtant effondrée en 2009. Plus étonnants, sans doute, les calculs que la Commission a réalisé après l’arrivée de la crise. Selon ces calculs, l’Irlande, qui subit actuellement une crise économique majeure, serait pourtant proche d’un optimum de performance [Examples from Pat McArcle; “The Euro Crisis: The ‘Fiscal Compact’ and Fiscal Policy”, Working Paper 6, Institute of International and European Affairs, 2012, page 13].

Si les calculs de la Commission comportent des biais, ce n’est pas uniquement faute d’une boule de cristal. Le calcul du « déficit structurel » comporte des quantités considérables d’impondérables [A thorough critique of the method of the Commission has been carried out by the Danish National Bank (Economic Department): Ann-Louise Winther; “Konjunkturudsving og offentlige finanser”, Kvartalsoversigt, 1. Kvartal 2011 del 1, Danmarks Nationalbank, 2011, pp. 71- 91. ], si bien que cet indicateur n’est pas vraiment pertinent pour juger de l’état de l’économie. Dans le cadre du Pacte budgétaire, il est davantage utilisé comme un outil pour jeter l’opprobre sur les dépenses publiques comme des maux, et pousser les Etats à réformer leurs économies.

8.      La zone euro est aux manettes

Au-delà du « frein à la dette », le traité comporte deux sections importantes.

La première reprend la décision prise en Octobre de tenir deux Sommets la Zone euro par an. Ces Sommets seront présidés par un nouveau Président du Sommet de la Zone euro qui sera « désigné par les chefs d’Etat et de gouvernements des parties contractantes dont la monnaie est l’euro à la majorité simple, en même temps que le Conseil européen élit son Président, et pour la même durée ».

Cette partie du traité a prêté à controverse, en effet plusieurs pays en dehors de la zone euro, la Pologne en tête, ont exprimé leurs craintes que les décisions importantes soient prises au sein du club de l’euro (à la majorité qualifiée), club duquel ils seraient écartés. Le traité prévoit en l’occurrence que les pays hors de la zone euro puissent assister aux Sommets comme participants, ainsi que la tenue d’un Sommet des signataires du Pacte budgétaire.

9.      Soumission et amendes aux pays en déficits

La seconde section concerne les règles à l’égard des pays en déficits, qui sont elles aussi modifiées. Dans le cadre des traités européens, il existe une « procédure de déficit excessif » qui vise à obliger les Etats membres à rester sous le seuil de 3% de déficit. Cette procédure comprend plusieurs étapes : tout d’abord, la décision de lancer la procédure doit être prise par Conseil européen sur proposition de la Commission, puis l’Etat membre concerné doit produire un rapport sur les mesures qu’il considère de prendre pour résorber le déficit, enfin en cas d’absence de résultats, il peut recevoir un avertissement ou une amende s’il appartient à la zone euro.

Cette procédure est considérablement renforcée avec le Pacte budgétaire. En effet, les décisions seront désormais prises à la « majorité inversée », y compris pour le lancement de la procédure. Le traité prévoit en effet qu’il faudra une majorité qualifiée des membres de la zone euro pour s’opposer au lancement des poursuites contre un Etat membre.

Aujourd’hui, seuls quatre membres de la zone euro ne sont pas sous le coup d’une procédure de déficit excessif [Sweden, Finland, Estonia, and Luxembourg, are the exceptions to the rule.], mais le mode de vote rendait la procédure lente voire la bloquait. La majorité qualifiée étant difficile à obtenir, ce sera désormais plus simple d’infliger des amendes. En 2011, la France s’était opposée à la majorité inversée… Ce sera désormais la règle avec le nouveau traité.

10.   Le traité va entrer dans la législation européenne

Le traité n’est pas un traité européen. Pourtant, il donne des tâches et responsabilités considérables à la Commission, et confère à la Cour de justice européenne un pouvoir considérable. Il est néanmoins prévu qu’il intègre, d’ici 5 ans,  la législation européenne. Vu l’état des discussions, ce scénario est tout à fait probable. La République Tchèque et le Royaume-Uni ne sont pour le moment pas signataires, mais des arrangements sont en bonne voie d’être trouvés, et le Royaume-Uni pourrait bien bénéficier d’exemptions à certaines clauses dans le cadre d’un traité de l’UE.

Un danger pour la société et la démocratie

D’ici à ce qu’il soit intégré à la législation européenne, cela ne fera pas de différence. Le vrai changement sera sur le court-terme. Déjà l’an dernier, les règles concernant la surveillance des budgets en déficit ont été considérablement renforcées, avec un resserrement des délais, des demandes plus pressantes, et plus contraignantes pour la mise en place de mesures d’austérité, des amendes plus élevées… Avec la Pacte pour l’Euro et les réformes de la gouvernance économique (« six-pack »), cette tendance s’est accrue. Le « traité d’austérité » resserre un cran de plus les vis d’un édifice institutionnel complexe qui fait de l’austérité l’alpha et l’oméga des politiques économiques européennes… Et qui s’apprête à s’attaquer de plein fouet aux droits sociaux et la protection sociale.

Néanmoins, tout n’est pas encore joué. Le fait que 25 chefs d’Etat et de gouvernement aient paraphés le texte ne signifie pas que tout est terminé. Pour commencer, le traité doit être ratifié, et malgré le fait qu’il ait été tout particulièrement pensé pour éviter de susciter le débat démocratique, le gouvernement irlandais a d’ores et déjà été forcé d’appeler à un référendum en fin d’année. Et quand bien même il serait ratifié et mis en œuvre, ce traité sera sans doute la cible d’une résistance sociale massive, lorsque ses conséquences deviendront claires.

Corporate Europe Observatory, Mars 2012